GO
GO

Cas de rage en France : rappels de sécurité

Dernière mise à jour le 26/10/2017

Ce 17 octobre 2017, un jeune garçon de 10 ans est décédé de la rage, en France.

L’Union Professionnelle Vétérinaire, au nom des vétérinaires belges francophones, présente toutes ses condoléances à cette famille suite à ce décès tragique. Les vétérinaires sont les garants de la santé de votre animal de compagnie mais sont aussi acteurs en matière de santé publique.

L’UPV a dès lors désiré faire ce communiqué informatif.

Que s’est-il passé ?

Au mois d’août dernier, cet enfant a séjourné avec sa famille au Sri Lanka. Il y avait joué avec un chiot sur la plage; ce chiot l’avait mordillé à la main mais l’incident était passé inaperçu aux yeux de son entourage. C’est à son retour en France que les premiers symptômes sont apparus. Le 1er octobre, il a d’abord présenté des signes de fatigue et des douleurs dans la gorge. Dès le lendemain il a développé des troubles neurologiques, et une peur de l’eau (assez caractéristique de la rage). Le 4 octobre, l’enfant a été admis aux urgences d’un centre hospitalier. Le 9 octobre, les analyses biologiques pratiquées à Paris par l’Institut Pasteur (centre de référence français de la rage) ont confirmé la suspicion d’un cas déclaré de rage sur ce jeune patient.

Il nous semble essentiel de dire qu’il n’y a AUCUN traitement possible de la rage, une fois les symptômes déclarés : cette zoonose est mortelle dans 100% des cas. La rage est transmissible pendant environ 15 jours avant l’apparition des premiers symptômes de la maladie chez l’animal. Un animal peut donc sembler parfaitement sain (dans ce cas-ci, un petit chiot, sur une plage) et être porteur de la rage. Elle sévit encore à l’heure actuelle sur une grande majorité du globe. Chez l’homme, le traitement préventif de la rage humaine, administré après le contact avec l’animal porteur, mais avant l’apparition des symptômes, est efficace. Dans le cas de cet enfant, une fois les symptômes apparus, il n’y avait malheureusement plus rien à faire.

Différentes informations essentielles concernant la rage

  • La Belgique est indemne de rage depuis 2001. C’est à dire qu’aucun cas de rage belgo-belge n’y a été déclaré depuis lors. Mais nous ne sommes jamais à l’abri d’un cas de rage importé d’un pays étranger.
  • Dans des pays dont le statut n’est pas indemne de rage, NE TOUCHEZ JAMAIS AUCUN ANIMAL ! Et ne laissez certainement pas vos enfants jouer avec un animal inconnu, même un petit chiot (qui était probablement très mignon).
  • Tout chien ou chat ou autre carnivore ayant mordu ou griffé une personne devrait, selon l’UPV, être présenté à un vétérinaire par son propriétaire dans les 24 heures suivant la blessure. L’animal fera alors l’objet d’une surveillance sanitaire par le vétérinaire pendant 15 jours.
  • En cas de morsure, même un simple « mâchouillement », il faut immédiatement nettoyer la plaie avec de l’eau et du savon, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique. Il est indispensable de consulter rapidement un médecin, qui pourra selon le contexte orienter la personne mordue vers un centre antirabique.
  • Une fois les symptômes de la rage déclarés, elle est TOUJOURS mortelle.
  • N’achetez ou ne recueillez jamais un animal à l’étranger, qui n’aurait pas fait l’objet d’un examen vétérinaire, d’une identification et d’une vaccination antirabique.
  • Lors d’un voyage dans un pays dont le statut n’est pas indemne de rage, ne ramenez aucun animal dans vos bagages ! Il en va de votre sécurité et de celle de vos concitoyens.
  • Si vous voyagez à l’étranger avec votre propre animal, il est indispensable et obligatoire de le faire vacciner au préalable contre la rage.
  • Si vous vous posez d’autres questions, n’hésitez surtout pas à en parler à votre vétérinaire.

Dr Laurence De Meester - de Courcy

Qu'est-ce que la rage?

Dernière mise à jour le 26/10/2017

La rage est une maladie virale qui s'attaque au système nerveux central des mammifères, y compris les humains. Une fois que les symptômes apparaissent, la rage est toujours fatale chez les animaux et les personnes.

Mode de transmission

La rage se transmet par la salive — surtout à la faveur de morsures. Mais elle peut aussi être transmise par de la salive infectée qui pénètre dans une lésion ouverte ou qui entre en contact avec des muqueuses, comme celles de la bouche, de la cavité nasale ou des yeux.

Lorsque le virus pénètre dans le corps de l'animal, il se propage à travers les nerfs pour atteindre le cerveau. Une fois qu'il y est, il se multiplie rapidement, et c'est là que les signes cliniques apparaissent. Le virus se déplace ensuite du cerveau aux glandes salivaires et à d'autres parties du corps.

Il est important de noter toutefois qu'un animal peut être infectieux (capable de transmettre la maladie) quelques jours avant de manifester des signes cliniques de la rage.

Période d'incubation

La période d'incubation, soit le laps de temps séparant l'exposition au virus et l'apparition de signes cliniques, peut aller de deux semaines à plusieurs mois. Sa longueur dépend de nombreux facteurs, y compris la souche de la rage ainsi que l'emplacement de la morsure.

Signes révélateurs

Les animaux atteints de la rage peuvent manifester divers symptômes. La plupart s'expliquent par l'effet du virus sur le cerveau. La rage apparaît sous deux formes fondamentales : la rage muette et la rage furieuse.

Rage muette

Le propriétaire peut constater que son animal est déprimé et qu'il essaie de s'isoler en se cachant. Les animaux sauvages peuvent cesser de craindre les humains et sembler inhabituellement amicaux.

Les animaux sauvages qui ne sortent habituellement que la nuit peuvent être vus durant le jour. Les animaux peuvent être frappés de paralysie, au niveau de la face ou du cou surtout, ce qui les fait baver ou leur donne des expressions faciales anormales, ou du corps, généralement les pattes arrières.

Rage furieuse

Les animaux peuvent devenir très excités et agressifs. Ces périodes d'excitation alternent généralement avec des épisodes de dépression.

Les animaux peuvent s'attaquer à des objets ou à d'autres animaux. Ils peuvent même mordre ou mâchouiller leurs propres membres.

 

Source
Avec l'aimable autorisation du Dr S. Degallaix